SOUTENIR LES COLLEGUES A TRAVERS L'ECOUTE: BASIQUE ET IMPORTANT

Norman Garmezy[1], psychologue pionnier de la résilience, a mis en évidence différents facteurs qui aident à dépasser les périodes difficiles, de crise ou déstabilisantes comme celle que nous vivons actuellement. Parmi eux : disposer de soutien en dehors de la famille, de chaleur humaine, de cohésion et d’intérêt de la part de membres de l’entourage.

Gilles Teneau et Géraldine Lemoine vont même jusqu’à parler de « Toxic handlers[2] ». Ces « générateurs de bienveillance en entreprise », ces collègues qui vous veulent du bien vers qui on se tourne facilement, voire spontanément, lorsqu’on rencontre des difficultés. Leur qualité principale ? Ils sont « doués d’empathie et peuvent agir sur leur entourage en accueillant et en gérant la souffrance ».Un outil (dénommé SRS, Strategic Resileincy Scoring) et des questionnaires ont même été mis au point pour permettre de les détecter. 

 

Pour autant, le soutien et l’écoute entre collègues ne devrait-il pas être l’affaire de tous, une préoccupation de chacune et de chacun ?

 

Sans tomber dans « les conseils de tante Irma » ou « les 7 choses à ne pas oublier » des articles de magazines ou du net qui font croire à la recette miracle ou à la baguette magique, rappelons l’importance de l’écoute active et empathique.

 

Permettre à un collègue de parler de ses soucis et ressentis à une oreille compatissante, attentive, sans jugement répondra probablement à un de ses  premiers besoins.  « Vider son sac » permet d’ailleurs bien souvent d’améliorer significativement le bien-être.

 

Concrètement – et sans être exhaustif -, voici quelques éléments de réflexion constitutifs d’une écoute appropriée aux difficultés des collègues :

  • Le respect de la parole : laisse-t-on l’interlocuteur aller jusqu’au bout de sa phrase ou de son idée ?
  • L’attention : comment maintenir l’attention sur les propos de l’interlocuteur ? 
  • La sécurité : comment introduire la sécurité et la confidentialité nécessaire à un partage authentique ?
  • L’intérêt porté à l’individu : quelles sont les raisons qui poussent à écouter l’interlocuteur ? comment démontrer l’intérêt réel porté ?
  • L’empathie : Comment s’identifier à ce que ressent l’autre ? Comment comprendre sa réalité ? 
  • Le temps disponible : Comment garantir l’équilibre entre le temps disponible et le temps nécessaire à cette écoute profonde ?
  • L’ouverture : Comment rester en dehors des jugements ? Comment accueillir des réalités qui ne sont pas les nôtres ?
  • L’état émotionnel : Comment s’assurer que l’état émotionnel du moment soit approprié à une écoute profonde ? Comment éviter de transmettre son propre état émotionnel à l’interlocuteur ?
  • La posture: Comment rester dans une posture d'écoute profonde sans endosser le rôle du sauveur en proposant des solutions? Comment respecter le rythme d'évolution nécessaire à l'interlocuteur?

 Soutenir les collègues permet de soigner le "JE"...pour qu'il puisse se lier plus facilement au "NOUS".



[1] https://en.wikipedia.org/wiki/Norman_Garmezy


 

Pour améliorer votre expérience sur notre site internet, nous utilisons des cookies. La poursuite de votre visite sur notre site vaut pour consentement du traitement de certaines données personnelles et de l'utilisation de ces cookies. Plus d'infos ici.